Toutes les votations

Jacques-André Maire, conseiller national
No Billag, ce n’est pas une économie de Fr. 365 pour les ménages… mais la porte grande ouverte à des chaînes privées aux abonnements bien plus coûteux. Sous prétexte d’une fausse économie, No Billag provoquerait un énorme gâchis dans le monde des médias. Il faut absolument éviter une telle catastrophe en votant clairement NON le 4 mars ! Continuer
Didier Berberat, conseiller aux Etats
Le 4 mars, le peuple et les cantons suisses sont appelés à se prononcer sur le nouveau régime financier de la Confédération. Continuer
PSN
En rejetant par 76% et 77% des voix les modifications de lois portées par la droite neuchâteloise, Parti libéral-radical en tête, les Neuchâtelois-e-s ont réaffirmé leur plein et entier soutien au dialogue social. Le Parti socialiste neuchâtelois se réjouit de ce cri du cœur adressé aux travailleuses et travailleurs de la santé. N’en déplaise à certains acteurs privés : « NON, la santé n’est pas un marché comme les autres ! » Continuer
Didier Berberat, conseiller aux États
Prévoyance vieillesse 2020 (PV 2020) est un compromis qui inclut un élément particulièrement douloureux : le relèvement de l’âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans. Or l’inégalité salariale au détriment des femmes est encore d’environ 19 %. Cependant, refuser PV 2020 ne changerait rien à cette situation scandaleuse, contre laquelle nous luttons depuis longtemps et que nous continuerons à combattre. Malgré ce point négatif, le groupe socialiste des Chambres fédérales a soutenu le projet résolument, car il comporte des avancées sociales appréciables et, condition indispensable, il préserve le niveau des rentes. PV 2020 renforce le 1er pilier (AVS) par rapport au 2e (LPP, prévoyance professionnelle). Cela s’inscrit parfaitement dans la ligne du PS, car l’AVS est beaucoup plus sociale et son financement est solidaire, avec des cotisations non plafonnées. Continuer
PSN
Respect et dignité des victimes Une sécurité renforcée Des coûts contrôlés Nous sommes tous concernés Accessibilité Continuer
PSN - Les Verts neuchâtelois
Comment tolérer aujourd’hui qu’une victime ne puisse, en marge d’une audience, discuter avec son avocat à l’abri des oreilles indiscrètes ou du regard de son agresseur ? Comment justifier qu’une institution telle que la justice soit privée de garanties minimales de sécurité ? Ce n’est pas possible aux yeux du PSN et des Verts neuchâtelois. C’est pourtant la situation qui prévaut dans le canton depuis de nombreuses années et que le NHOJ doit venir corriger. Une situation connue des référendaires qui, instrumentalisant les tensions régionales, ont choisi de privilégier les intérêts particuliers plutôt que l’intérêt général. Continuer
Johanne Lebel Calame, députée
Notre région crée les richesses du pays, grâce à ses produits d’exportation, mais sa situation financière est difficile, car une bonne partie de ces richesses et des revenus induits lui échappent. Cette phrase, qui définit le « paradoxe neuchâtelois », on l’entend souvent, sur fond de réforme de l’État et de basse conjoncture. Elle s’applique toutefois aussi, très directement, à nos communes industrielles. L’impôt sur les frontaliers est un cas typique. Accepter le report, ce n’est pas refuser le partage, c’est le coordonner avec une réforme plus large et s’abstenir d’empirer un creux conjoncturel. Une mesure réfléchie, donc. Continuer
Martine Docourt Ducommun, députée
Une fois de plus, le canton essaie d’avancer et quelques personnes, n’écoutant que leurs intérêts propres, s’ingénient à torpiller les solutions proposées. Parfait exemple, le référendum contre le Nouvel Hôtel judiciaire. Alors que le Grand Conseil a accepté le projet à 91 voix contre 18, une confrérie d’empêcheurs d’avancer n’a éprouvé aucun scrupule à bricoler une liste d’arguments qu’il faut tout de suite démentir. Continuer
Baptiste Hunkeler, députée
Le 24 septembre, nous devons voter une première réforme des institutions politiques, dont l’élément central est la suppression des districts et la création d’une circonscription unique pour le Grand Conseil. C’est une avancée démocratique majeure : alors que jusqu’ici, les citoyennes et citoyens sont cantonnés aux candidats d’une région, ils pourront voter pour l’entier du Grand Conseil. Fini l’injustice de voir des citoyens élire moins de 10 % ou plus de 30 % du Parlement, selon l’endroit où ils habitent ! Continuer

Pages